La GRL est une assurance de loyer impayé conçue par l'Etat pour garantir les risques locatifs (GRL).

100% des cotisations sont déductibles des revenus fonciers
Rappel immédiat !

ombre
Mieux q'une caution parentale, la garantie de l'Etat
Mieux q'une caution parentale, la garantie de l'Etat
Action logement | Assurance GRL

Accueil  - Actualités GRL  - Assurances loyers impayés : 25% de GRL

Actualités GRL

 

Assurances loyers impayés : 25% de GRL

Assurances loyers impayés : 25% de GRL

 
Après presque 2 ans d’existence, le bilan de l’assurance GRL est mitigé, mais loin d’être aussi catastrophique que la presse le laisse parfois entendre. Malgré son manque de notoriété et le désintérêt des pouvoirs publics et de la plupart des assureurs, le dispositif a séduit de nombreux propriétaires bailleurs.

L’assurance GRL aura 2 ans le 1er janvier 2012. Mise en place conjointement par l’Etat et Action Logement (ex-1% Employeur), elle permet aux propriétaires bailleurs de louer leurs biens à des ménages modestes tout en sécurisant leurs revenus locatifs :

  • Les loyers sont largement couverts (jusqu’à 70 000€),
  • Le rapport prix/garanties est compétitif,
  • Tous les locataires sont éligibles, pour peu que le loyer (charges comprises) ne dépasse pas 50% des ressources du ménage.

Une façon cohérente de faciliter l’accès au logement du plus grand nombre.

Un bilan comptable insuffisant mais encourageant

En 2 ans, 270 000 contrats GRL auront été signés, à comparer aux 800 000 contrats d’assurance loyers impayés « classiques » souscrits pendant la même période. D’aucuns trouveront le résultat trop modeste, mais il faut rappeler qu’en décembre de l’année dernière seuls 60 000 contrats avaient été signés. La progression est donc significative et la GRL n’est déjà plus un dispositif marginal.

Pourtant, seuls 3 assureurs ont signé une convention afin de distribuer la GRL. Les autres en ont sans doute été dissuadés par le faible investissement des pouvoirs publics, notamment en termes de communication : les quelques campagnes de publicité des premiers temps ne sont plus qu’un lointain souvenir.

D’autre part, les critères d’attribution très larges leur ont fait redouter une importante sur-sinistralité. Dans les faits, les assureurs impliqués dans le dispositif ont bel et bien été confrontés à une sinistralité supérieure à leurs attentes, dont l’explication est double :

  • Le faible nombre d’assureurs ne permet pas une bonne mutualisation des risques,
  • Les critères sont effectivement très larges et les ménages couverts sont en moyenne plus modestes que prévus, entraînant davantage de cas de loyers impayés.

Pour remédier à cette situation, les assureurs concernés ont décidé au cours des dernières semaines de relever légèrement leurs tarifs pour les adapter à leurs dossiers.

Malgré cela, la GRL reste un produit très compétitif, tant en termes de tarif que de garanties, à recommander à tous les bailleurs.

Mardi 13 Décembre 2011
© Source assurance-grl.info

Vos commentaires

Faites-nous part de vos commentaires, ils seront publiés par la rédaction s'ils sont pertinents par rapport à l'article.

*

Pour recevoir confirmation de la publication de votre commentaire, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous.


* Champ obligatoire

Articles connexes
 
 

Assurance GRL : la prime passe de 2.50% à 3%

Location : de nouvelles règles

Face à la hausse des loyers impayés : la solution GRL

Marché locatif : les charmes (trop) discrets de la GRL