La GRL est une assurance de loyer impayé conçue par l'Etat pour garantir les risques locatifs (GRL).

100% des cotisations sont déductibles des revenus fonciers
Rappel immédiat !

ombre
Mieux q'une caution parentale, la garantie de l'Etat
Mieux q'une caution parentale, la garantie de l'Etat
Action logement | Assurance GRL

Accueil  - Actualités GRL  - Assurance GRL : la mariée était trop belle ?

Actualités GRL

 

Assurance GRL : la mariée était trop belle ?

Assurance GRL : la mariée était trop belle ?

Une assurance loyers impayés qui couvre tous types de revenus jusqu'à 50% de taux d'effort, garantit plusieurs années d'impayés et tout cela à un coup modique : trop beau pour être vrai ?
Peu d'assureurs y croient et sa mise en place en début d'année est passée inaperçue auprès du grand public. Quelques explications à l'échec de ce dispositif pourtant prometteur...

Le secrétaire d'État au Logement Benoist Apparu a fait un point le 7 décembre devant le congrès de la FNAIM : la GRL « ne marche pas ». Seuls 60 000 contrats GRL ont été souscrits depuis le début de l'année 2010 alors que l'État et Action-Logement en espéraient 400 000.
Pourquoi un tel désaveu ? Deux explications peuvent être invoquées.

Des assureurs peu convaincus

Seuls trois assureurs proposent l'assurance GRL, les autres ayant été découragés par ses critères d'éligibilité très larges : le taux d'effort peut atteindre 50% et des ménages en situation financière précaire peuvent aussi y prétendre. Le risque d'impayé est donc élevé et le faible coût des primes de cette assurance ne le finance pas suffisamment. La plupart des assureurs attendent que les critères d'éligibilité soient revus par le ministère du logement car la situation actuelle n'est pas tenable sur du long terme.
Les assureurs sont d'autant moins incités à commercialiser la GRL qu'ils disposent déjà d'autres contrats d'assurances loyers impayés plus rémunérateurs pour eux.
Leur manque d'enthousiasme explique donc partiellement le faible développement du dispositif.

Un dispositif méconnu

Le second et principal facteur de cet échec est la méconnaissance de l'assurance GRL parmi le grand public.
Une campagne de publicité a pourtant accompagné le lancement du dispositif : pages dans la presse écrite (dont un exemple illustre cet article), spots radio, campagne internet. Mais ces initiatives n'ont pas marqué le public, qui ignore bien souvent cette alternative à la caution, d'autant plus que les assureurs n'ont pas assez fait pour promouvoir ce contrat.

"Une décision devra être prise à son sujet avant la fin de l'année" a annoncé Benoist Apparu. L'initiative la plus simple et la plus efficace pour sauver la GRL et assurer sa pérennité serait d'en durcir les conditions d'accès, c'est-à-dire d'abaisser le taux d'effort maximum à un niveau plus raisonnable que les 50% actuels. Les assureurs seraient alors plus motivés pour proposer cette assurance et en assureraient probablement une promotion plus efficace.

Ainsi, les propriétaires souhaitant louer leur logement à des ménages présentant un taux d'effort supérieur à 35% doivent le faire rapidement pour pouvoir souscrire une assurance GRL, car il est fort probable que ce ne sera plus possible dans très peu de temps.

Mercredi 8 Décembre 2010
© Source assurance-grl.info

Articles connexes
 
 

La GRL et la GLI en vidéo

Des mairies s'intéressent à l'assurance GRL

Assurance GRL : Interdiction de s'en passer ?

Rapport Attali : assouplir les expulsions et généraliser la GRL